Bilan de la crise financière 10 ans après

Le terme crise financière s'emploie pour désigner un ensemble assez large qui inclut notamment1 les crises du change, les crises bancaires et les crises boursières, récurrentes dans l'histoire boursière. Mais le terme est également utilisé pour désigner les crises de la dette publique ou des crises qui affectent un marché à terme, voire un marché de produit agricole, comme celui touché au xviie siècle aux Pays-Bas par la tulipomanie. Une crise financière peut concerner seulement quelques pays, ou, initiée dans un pays, peut s’étendre par contagion et devenir internationale et ralentir ainsi l'économie mondiale. Si une crise financière ne concerne dans un premier temps que les marchés financiers, son aggravation conduira à des effets néfastes sur le reste de l'économie, entraînant une crise économique, voire une récession. Ces effets sont généralement un resserrement du crédit et donc une baisse de l'investissement, une crise de confiance des ménages. L'un des plus grands historiens de la finance, l'économiste américain Charles Kindleberger, a dressé l'inventaire des crises financières depuis le xviie siècle, dans "Une histoire de la finance". Selon lui, le cycle financier se déroule en cinq phases: essor, engouement et emballement, peur et désordre, consolidation, redressement. Les crises dans une perspective culturelle[modifier | modifier le code] D'après un rapport du CAE les crises financières (au sens de crises bancaires ou du change) ont connu des fréquences variables selon les époques2 Période 1880-1913 : fréquence 5 % Période 1945-1971 : 7 % Période 1973-1997 : 10 à 13 % Dans les années 1970, on a assisté à une réapparition des crises bancaires et surtout au « retour des crises doubles (de change et bancaires) quasiment absentes de la période 1945-19712 ». Typologie des mécanismes de crise financière[modifier | modifier le code] Une crise financière trouve son origine dans l'occurrence d'une des catégories de risques gérés par les acteurs d'un marché (voir Gestion du risque#Les différents risques) : risques de marchés : liés aux variations des taux d'intérêt ou des cours des actifs (risque de taux, risque de change) ; risques de crédit : liés à la fiabilité d'une contrepartie, voire d'un pays entier ; risques liés au fonctionnement même du marché et à la possibilité ou non de revendre un actif (risque de liquidité). Ces risques ne sont en eux-mêmes pas exceptionnels, mais au contraire le fondement d'un marché financier. Mais lorsque la manifestation de l'un d'eux entraîne un effet systémique, divers phénomènes de crise financière peuvent se manifester (plusieurs de ces éléments pouvant être simultanés) : un resserrement du crédit ((en) credit crunch) ; une fuite vers la qualité ((en) (flight to quality) ; une course à la liquidité ; une crise monétaire ; une crise de liquidité ((en) liquidity squeeze).

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *