Tesla, un patron en or

La Tesla Model S est une berline très haut de gamme qui fait autant rêver les amateurs de voiture que les technophiles. Nous l'avons poussée dans ses retranchements pendant un week-end complet : voici nos impressions. « Hey, mais c’est une Tesla ! Elle roule vraiment toute seule ? Vous avez testé le 0-100 en 3 secondes ? » Si vous voyagez avec une Model S, vous allez entendre ces questions un grand nombre de fois. Et l’on doit reconnaître que cela nous a surpris : nous baignons dans les nouvelles technologies, toutes catégories confondues, alors Tesla est évidemment une entreprise dont nous parlons tous les jours. Mais croiser des femmes et des hommes qui connaissent la Tesla à 1 300 mètres d’altitude, sur le tarmac d’un point de vue des hauteurs de Grasse, dans les impasses de la zone industriel d’Auxerre ou sur le parking d’un hôtel d’autoroute est particulièrement inattendu. Car la Model S n’est ni une voiture très vendue, ni, avec son format grosse berline, un modèle que l’on remarque à une dizaine de mètres. Il faut croire pourtant que Tesla a réussi le tour de force, en vendant des voitures de luxe inaccessibles, de devenir un sujet de conversation et d’intérêt pour des gens qui ne sont a priori ni férus de nouvelles technologies, ni passionnés d’automobile. PUBLICITÉ inRead invented by Teads Nous entrons d’ailleurs dans la deuxième catégorie : si Tesla n’était qu’un constructeur de plus, si la Model S n’était qu’une voiture haut de gamme, vous ne trouveriez probablement pas de test sur Numerama. tesla-model-s-24 Mais la berline d’Elon Musk a de quoi faire rêver le technophile ou le passionné d’innovation. En plus d’être la première voiture entièrement électrique capable de faire à peu près tous les trajets, elle est aussi la première voiture semi autonome à rouler sur les autoroutes du monde entier. Elle attise notre curiosité comme un nouveau smartphone, comme un nouvel objet technique — non comme un moyen de transport. Elle emprunte d’ailleurs beaucoup à l’industrie de la tech, en proposant par exemple des mises à jour over the air et régulières, une commercialisation en ligne, des préventes et dans des espaces dédiés ou encore, une communication qui tourne autour d’un changement radical dans notre manière de voir la route. Sans parler des DLC. Vous ne trouverez donc pas ici le test d’un expert de l’automobile — nos confrères de la presse spécialisée s’en sont très bien chargés. Nous avons voulu au contraire apporter un regard centré sur la technologie, la redéfinition des codes de l’automobile et surtout, savoir si cette voiture tient ses promesses, elle qui est la première à avoir vraiment fait monter notre techno-envie à un niveau aussi écarlate qu’elle est rouge.